postvirtual

“Golpe”

In Greece, March to Athens on 3 May 2012 at 22:45

March to Athens
Day 177-CIII, from Ελευσίνα to Δάφνι, 14 km.
Day 178-CIV, Δαφνί.

Monastery of Dafni, May 3

Dear people,

In Eleusis three of our French comrades took control of the Route commission. I ceded them the maps, I gave them all requested clarifications, and I was actually relieved that it was out of my hands.

We had crossed the hills in two legs to be at Eleusis on the 30th, hoping that our comrades from Athens would be there, so that we could decide on our entry in assembly all together. They didn’t show up, and what’s more, some of them insulted one of our comrades.

‘If you touch one of us, you touch us all,’ is what we sing to police. And the same goes for anyone who betrays us. It left a scar on the march.

Waiting to leave Eleusis

In this situation, with no first hand information to go on, one route or another doesn’t matter. It was going to be a surprise for everyone.

There were two important reasons for the junta to stage a coup. One was the desire to take a day off in nature before entering. We didn’t do so in the mountains, so this would be the last opportunity. The other reason was to counter certain ‘manipulations’ of the march by people who had accepted an invitation of the assembly of Peristeri to go there as our last stop, without discussing it in assembly.

The junta consists of comrades Nicolas, Mimo and Ollie, of which Ollie is one of the two persons who did the entire march from Nice. As far as I know they never made the route before.

Yesterday they would have guided us to a lake, or to a place on the coast where we could take a holiday. Nicolas and Mary departed as vanguard in the morning to localise the place. In the afternoon, the group would follow.

It became an infernal day. We marched along the highway under the hot sun to a rendez-vous spot without any shadow. All along the way we had to bear the stench of the refineries. No place here to camp in the green.

 

 

Deciding where to go

 

Comrade Max, one of the supposed ‘manipulators’, was enraged with the Route commission for not doing a good job, but it would have been hard anyway. They took control of the route at the most difficult moment. I wouldn’t have done a better job myself.

In the end, after frying for hours on the contaminated coast we decided to move inland to the Byzantine monastery of Dafni. We found a park, hills and fresh water. The place is in a gorge along the main artery leading into Athens, and it’s located exactly at the entrance of the metropolis. On the one side, there is nature, on the other side the first houses.

We put up camp, we start cooking and exploring the surroundings. It’s already dark when four jackals on motorbikes arrive. Police. They ask what we’re doing here. We’re camping, we come walking from France and we go to Athens.

They go, and fifteen minutes later they return with reinforcements. Four bikes, eight officers this time. They say it’s illegal to camp, we have to show id, and we have to go immediately.

We explain who we are, and that we have been camping all over Greece.

“This isn’t Greece. This is Athens. Things are different here. You must go, now.”

So we put up our little piece of theater. We call an assembly, and we start with lengthy translations into four different languages to speak about what to do and put their patience to the test. All the while some of us keep calmly discussing with the officers. Police make phone calls to head quarters, and they go.

Frying potatoes next to the monastery

The tension remained. They could have come back to arrest all of us, and here we don’t have the advantage of the square. No-one will see us. We have to know how to act.

I stand in the middle of camp with comrade Mimo.

Mimo has emerged as the strong man of the junta. He has his history of carjacking, violence and schizophrenic tendencies, but he has joined the revolution with all his inphantile enthusiasm and he was miraculously cured at Easter in the church of Eratini. At this crucial moment, to protect our principles of horizontality, Mimo has adopted the title of ‘supreme commander’ and the rank of field marshall.

Among all the other things, he has also done the military.

As we are waiting for the cops to return, he explains the situation to me.

“We have to retreat to the edge of the forest. We form a first line of strong people. With four or five of them we immobilise one of the flicks and we take his gun. Then we fire a shot in the air. The other cops will be running like rabbits to get reinforcements. At that point we take the hills. We will dominate the battlefield from above, and we will start a guerilla.”

“With one gun?”

“Gun? What gun? No, no, no. We are non violent. Taking the hills would be a strategic error. Look, there are two paths that connect the monastery to the road. When police arrive, we have to secure at least one of them. We would take the highway and block the entrance of all traffic into the city.”

Field Marshall Mimo is in charge of all the maps. To avoid any further manipulations, they are only accessible to the members of the junta. And even though I knew about these ‘manipulations’, Mimo has appointed me his ‘first councillor’ with the rank of general. My task is to advice him on our advance to the center of the city.

It’s going to be fun. But contrary to what I said before, we will not be alone. We don’t need the support of our former vanguard, we have the support of all the Greeks we met along the way. From Preveza, from Agrinio, from Misolonghi, from Patras, from Itea, from Thebes, from Kriekouki. They made us feel at home when we arrived, and after we left they have come to visit us when morale was low, they brought us gas when we couldn’t cook, they brought us food, drink and joy. I’m sure that many of them will come to meet us in Athens.

They are more than comrades, they are friends.

Internal assembly in Dafni

 

 

 

Friends.

  1. Good report… was really nice.. From Spain big big support I appreciate a lot ur efffords.

    Keep strength! The revolution wont stop🙂

  2. Big up !!!
    Support from Nîmes – France 🙂
    Marleen

  3. Marche vers Athènes
    Jour 177-CIII, d’Eleusis à Dafni (Ελευσίνα to Δάφνι), 14 km
    Jour 178, Dafni.

    Du Monastère de Dafni, le 3 mai
    Chers amis,
    A Eleusis, trois de nos camarades français ont pris le contrôle de la commission route. Je leur ai confié les cartes, je leur ai donné toutes les clarifications voulues, et j’ai été réellement soulagé que ça ne soit plus de ma responsabilité.
    Nous avons traversée les collines en deux étapes pour arriver à Eleusis le 30, espérant que nos camarades d’Athènes serait là, et que nous pourrions décider de notre entrée à Athènes tous ensemble. Ils ne se sont pas montré, et en plus, quelques uns d’entre eux ont insulté l’un de nos camarades.
    “Si vous touchez l’un d’entre nous, vous nous touchez tous” : c’est ce que nous chantons à la police. Et ça vaut pour n’importe qui. Ca a laissé une marque sur la marche.
    Dans cette situation, sans information de première main pour savoir où aller, prendre une route ou l’autre est sans importance. Ce ne sera une surprise pour personne.
    Il y avait deux raisons importantes pour la junte de faire un coup. Elle voulait prendre un jour de pause dans la nature avant l’arrivée. Nous ne l’avons pas fait dans les montagnes, et donc c’est la dernière occasion. L’autre raison est de contrer certaines “manipulations” de la marche par des gens qui ont accepté une invitation de l’assemblée de Peristeri pour notre dernière étape, sans en discuter avec l’assemblée.
    La junte est composée des camarades Nicolas, Mimo et Ollie ; Ollie est une des deux personnes qui ont fait toute la marche depuis Nice. Si je me souviens bien, il n’ont jamais fait l’itinéraire avant.
    Hier, ils voulaient nous mener à un lac, ou un endroit sur la côte où nous pourrions nous reposer. Nicolas et Mary sont partis en avant-garde le matin pour trouver l’endroit. L’après-midi, le groupe devait suivre.
    C’est devenu une journée infernale. Nous avons marché le long de la voie rapide sous le soleil vers un point de rendez-vous sans aucune ombre. Tout le long de la route, nous avons dû supporter la puanteur des raffineries. Il n’y avait pas d’endroit où camper dans la nature.
    Le camarade Max, un des “manipulateurs” supposés, était furieux contre la commission Route et son mauvais travail, mais de toute façon c’était difficile. Ils ont hérité de la charge de l’itinéraire au pire moment. Je n’aurai pas fait mieux.
    Après des heures perdues sur la côte polluée, nous avons décidé de nous déplacer vers l’intérieur des terres, au monastère byzantin de Dafni. Nous avons trouvé un parc, des collines et de l’eau fraîche. L’endroit est dans une gorge le long de la route principale vers Athènes, située exactement à l’entrée de l’agglomération. D’un côté, c’est la nature, de l’autre côté, les premières maisons.
    Nous installons le camp, nous commençons à cuisiner et à explorer les alentours. Il fait déjà bien sombre quand quatre chacals à moto arrivent. Police. Ils demandent ce que nous faisons ici. Nous campons, nous venons à pied de France et nous allons à Athènes.
    Ils s’en vont, et cinquante minutes après reviennent avec des renforts. Quatre motos, et huit agents cette fois. Ils disent que c’est illégal de camper, que nous devons montrer une pièce d’identité, et que nous devons partir immédiatement.
    Nous expliquons qui nous sommes, et que nous avons campé dans toute la Grèce.
    “Ce n’est pas la Grèce. C’est Athènes. Les choses sont différentes ici. Vous devez partir, maintenant.”
    Nous nous lançons dans notre petit cinéma. Nous appelons une assemblée, et nous commençons avec de longues traductions dans quatre langues différentes pour discuter de la conduite à tenir et tester leur patience. Et pendant ce temps quelques uns d’entre nous discutons calmement avec les agents. La police appelle le quartier général, et ils partent.
    La tension reste. Ils peuvent revenir pour tous nous arrêter, et ici nous n’avons pas l’avantage de la place. Personne ne nous voit. Nous devons savoir comment agir.
    Je reste au milieu du camp avec le camarade Mimo.
    Mimo s’est révélé comme l’homme fort de la junte. Il a un passé de carjacking, de violence et de des tendances schizophrènes, mais il a rejoint la révolution avec son enthousiasme enfantin et il a miraculeusement guéri à Pâques dans l’église d’Eratini. A ce moment crucial, pour protéger nos principes d’horizontalité, Mimo a adopté le titre de “commandeur suprême” et le rang de maréchal de camp.
    En plus de tous ses titres, il a aussi fait son service militaire.
    Pendant que nous attendons le retour des policiers, il m’explique la situation.
    “Nous devons faire retraite à l’orée de la forêt. Nous formons une première lignes de gars costauds. Avec quatre ou cinq d’entre eux nous immobilisons un des flics, et nous prenons son flingue. Là, on tire un coup en l’air. Les autres flics vont courir comme des lapins pour chercher des renforts. A ce moment on va dans les collines. Nous dominerons le champ de bataille, et nous commencerons une guérilla.
    – Avec une arme ?
    – Une arme ? Quelle arme ? Non, non, non. Nous sommes non-violents. Aller dans les collines serait une erreur stratégique. Regarde, il y a deux chemins qui relient le monastère à la route. Quand la police arrive, nous devoins sécuriser un des deux. Nous devrions prendre la voie rapide et bloquer le passage de tout le trafic vers la ville.”
    Le maréchal de camp Mimo est responsable de toutes les cartes. Pour éviter toute manipulation, seuls les membres de la junte y ont accès. Et malgré ce que je sais de ces “manipulations”, Mimo m’a nommé “premier conseiller” avec le rang de général. Mon travail est de le conseiller sur notre avancée vers le centre de la ville.
    Ca devient amusant. Mais contrairement à ce que j’ai écrit plus haut, nous ne serons pas euls. Nous n’avons pas besoin de notre ancienne avant-garde, nous avons le soutien de tous les Grecs que nous avons rencontré tout au long de la route. De Preveza, d’Agrinio, de Missolonghi, de Patras, d’Itea, de Thèbes, de Kriekouki. Ils nous ont accueilli comme si nous étions chez nous, et après notre départ, ils sont venus nous rendre visite quand le moral était bas, ils nous ont fourni du gaz quand nous ne pouvions pas cuisiner, ils nous ont donné à manger, à boire et de la joie. Je suis sur que beaucoup d’entre eux viendront nous rencontrer à Athènes.
    Ils sont plus que des camarades, ils sont des amis.

  4. et la version corrigée des fautes est sur FB

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: